samedi 13 mai 2017

Goujaterie culottée !



Voilà quelques temps, déjà, un homme (préservons son anonymat, à défaut de sa dignité) m’a dit, alors qu’il me regardait déambuler en dessous dans mon salon « Quand même, tes culottes « lapin » c’est grave... ». Grave ? Quand moi je songeais confort. Ceci dit, je reconnais que ce lot de slip Playboy, niveau érotisme.... Bon. Et puis j'avais un peu omis, dans l'histoire, le plaisir de porter de la dentelle.
Alors je me sermonne, je me dis que le confort, c'est bien, mais que c'est quand même drôlement important de ne pas non plus laisser mourir sa féminité enrobée dans un élastique estampillé avec des lapins et je me décide à renouveler un peu ma lingerie. Avec notamment des jolis boxers (mon orifice arrière exècre les ficelles de toutes sortes...) et des hauts assortis. Et pas juste du noir, mais du bleu, du fuschia... Je m'enflamme un peu (comme je sais si bien le faire quand je suis armée d'une carte bancaire) mais je n'ai qu'une vie, après tout (et puis je suis dans la pleine force de l'âge, tout de même...). Forcément, je ne pouvais que pavaner devant l'homme à l'origine de cette critique (constructive, je l'admets) dès que possible. Alors qu'un matin, l'occasion se présente ENFIN de déambuler dans l'un de mes nouveaux ensembles...  Dans l'attente de le voir s'extasier, inévitablement...

Il dit juste, d'un ton atrocement banal "Tiens, tu as changé de culotte....".

Voilà. C'est tout. 

Depuis, je ne manque pas une occasion de clamer haut et fort que lui aussi porte des moches-culottes avec des lapins. Et au passage, je dénigre ses chaussettes trouées. Goujat !

***

L'illustration de ce billet est le modèle Tivoli de Bestform. Très beau, très classe et décliné dans des coloris très beaux (je l'ai pris en noir, en bleu et en fuschia et je louche déjà sur le blanc...). Vous pourriez penser que c'est mon fessier que j'affiche ainsi, mais non, quoi que le mien se rapproche assez de celui ainsi exposé (AH AH AH).

Le culte de l'échec ?

L'autre jour, alors que je vivais une petite crise d'angoisse en toute intimité (je ne m'étais pas pesée depuis plus d'une ...