mardi 10 janvier 2017

Quelle idiote ! (c'est affectif).




Parce que mieux vaut prévenir que guérir, toute personne désireuse, à la lecture de ce billet, de m’adresser une leçon de morale en bonne et due forme est promptement invitée à se taire à jamais. Je sais fort bien, puisque je partage mon quotidien H24, que je souffre de certains troubles, avec lesquels je cohabite plutôt bien cependant (je me pardonne très facilement mes âneries, surtout celles qui se répètent….). Si je fais le choix de divulguer certains de mes maux avec des mots que j'écris ici, ce n’est pas anodin. Une psychanalyse personnelle, en quelque sorte. Et la morale, je suis capable de me la dispenser toute seule (même si c’est loin d’être efficace apparemment). Je veux dire, je vois bien que je suis une grosse conne, mais parfois je ne parviens pas à m’empêcher de l’être à l’insu de mon plein gré de toute évidence. Bref, j’ai repris quelques kilos, rien de grave, mais sachant que je veux (dois) perdre encore une dizaine de kilos… J’ai décidé de me reprendre en main. Fermement. Très très fermement. A croire que quand je prends cette décision, une étrange facette de ma personnalité s’éveille et crie « Protéines ! » (qui me parle ?). J’ai donc acheté des puddings protéinés (note à moi-même : à la prochaine idée du même genre, achète-toi un parfum). Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai juré DE NE PLUS JAMAIS ACHETER de produits protéinés, parce que c’est juste infâme et que je suis vomitophobe. Puisque lundi = régime, en dessert ce midi c'était donc pudding. Dès la première cuillerée, j’ai su que lundi ne serait pas si facile. Tout du moins, pas un lundi en mode pudding protéiné. En fait, je veux tellement perdre ces kilos que c’est le gros bordel dans ma tête au niveau de l’organisation, comment faire ? Il faut manger plus de protéines dit le médecin ! Oui mais alors la viande… Les Œufs… Je n’aime pas. Les légumes secs, j’adore, mais tout cela manque de protéines ! Dit le médecin. Oh et puis je ne sais pas pourquoi en réalité, je ne veux pas avoir faim (alors qu’avoir faim ne m’indispose pas, paradoxalement…), je veux maigrir vite (rien ne presse, pourtant...), je ne suis pas avare de pensées débiles sur le sujet. J’ai un master ès régimes. Je sais ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, surtout avec moi. Je sais que je suis intolérante aux produits protéinés. Et pourtant, à chaque fois, j’arrive à trouver LE produit qui ne ressemble pas aux précédents et qui sera vraiment bon, évidemment. Mais non. Alors voilà, ma première cuillère de pudding en bouche, j’ai attrapé un morceau de papier pour la recracher aussitôt (quelle classe !) en me disant que oui, ça pour être une grosse conne, hein. Et puis j’ai ri. Mieux vaut rire de sa stupidité que pleurer, non ? Promis, je ne recommencerai plus.

Le culte de l'échec ?

L'autre jour, alors que je vivais une petite crise d'angoisse en toute intimité (je ne m'étais pas pesée depuis plus d'une ...